Accueil > Documentation > Maladies > Bovins > IBR ou Rhinotrachéite Infectieuse Bovine

IBR ou Rhinotrachéite Infectieuse Bovine

Maladie et enjeux

La rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) est due à l’herpèsvirus bovin de type 1 (BoHV-1). Initialement connue sous sa forme génitale, elle est apparue sous sa forme respiratoire en Europe dans les années 1960. L’une des particularités du virus est de pouvoir persister sous forme latente chez des animaux porteurs asymptomatiques qui, à l’occasion d’un stress ou de l’administration de certains médicaments (corticoïdes en particulier), peuvent réactiver et excréter de nouveau le virus, contaminant ainsi
les autres animaux du troupeau. La réactivation suivie de ré-excrétion à partir de bovins d’apparence saine constitue un des dangers majeurs d’introduction ou de diffusion de l’infection au sein d’un troupeau. La vaccination des bovins séropositifs est un moyen de limiter cette ré-excrétion.

Aujourd’hui, les épisodes cliniques recensés sont rares, et elle est considérée comme une maladie dont les répercussions sont avant tout commerciales. Inscrite dans le code zoosanitaire de l’OIE, elle est fréquemment associée à la formulation d’exigences commerciales qui représentent souvent des entraves aux échanges.

Reglementation

La réglementation française vise aujourd’hui à l’éradication de la maladie sur le territoire, et elle induit des conséquences économiques souvent graves pour les élevages infectés.

Arrêté du 25 octobre 2018 modifiant l’arrêté du 31 mai 2016

Arrêté du 31 mai 2016 fixant des mesures de prévention, de surveillance et de lutte contre la rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR)

Stratégie en Région Occitanie

L’OVS Occitanie est porteur de la stratégie de surveillance et de lutte contre l’IBR, par le biais d’une délégation d’Etat pour la mise en œuvre des mesures prévues dans l’AM. Les objectifs du plan de surveillance sont les suivants :
1. Aider les éleveurs à se mettre en conformité avec les exigences de l’AM,
2. Maîtriser la circulation et diminuer la prévalence dans les zones à risque.
Afin d’atteindre ces objectifs, l’action s’articule en 3 axes :

  • Mise en œuvre immédiate des mesures prévues dans l’Arrêté Ministériel,
  • Demandes de dérogations prévues dans l’AM en vue de l’obtention de délais supplémentaires,
  • Mise en place de mesures particulières pour les cheptels à risque spécifique : transhumants et camarguais. (voir documents correspondants)

L’Agence Française Sanitaire et Environnementale a mis au point un guide technique, à desitnation des gestionnaires de l’IBR et des vétérinaires (en remplacement du Vadémécum)

PDF - 858.8 ko
Stratégie Régionale menée par l’OVS
PDF - 855.8 ko
Stratégie dans les estives
PDF - 923.8 ko
Stratégie dans les manades du Gard et de l’Hérault
PDF - 1007.7 ko
Guide Technique de l’IBR - AFSE